Les enseignements du projet goECO

Mis à jour dans Actualités le mercredi 24 août 2016

Quels sont les enseignements du projet ?

La grande réussite de ce projet réside dans le développement d’une nouvelle approche pour soutenir les PME dans l’utilisation rationnelle de l’énergie et dans le déploiement de nouvelles technologies efficaces pour la production d’énergie.
Grâce aux accompagnements des partenaires du consortium européen, des stratégies énergétiques intégrées ont été mises en place sur 8 zones d’activités dans 8 pays européens différents

Mais encore

  • Des outils de calcul et de sensibilisation sur des questions telles que l’éclairage, la ventilation, le solaire thermique et photovoltaïque, la biomasse et la cogénération ont été développés et sont à votre disposition en français dans l’onglet « Download ».
  • Plus de 80 études de faisabilité (10 par zone d’activités) ont été élaborées par les partenaires de goEco afin d’avoir un regard plus précis sur les technologies clés à mettre en place pour accroître l’efficacité énergétique et/ou la production d’énergie renouvelable dans les zones d’activités.
  • Tous les partenaires ont développé des stratégies énergétiques définissant les grandes lignes de la mise en œuvre des mesures visant à réduire la consommation d’énergie et les coûts associés.
  • Le consortium a élaboré des fiches outils sur les achats groupés et la gestion de l’énergie dont vous trouverez la fiche française dans notre onglet « Download ».
  • Tous les partenaires ont mis en œuvre des mesures concrètes dans leurs zones d’activités respectives, allant de l’échange du système de chauffage au renouvellement de l’éclairage et à la mise en œuvre de systèmes de gestion de l’énergie. Pour atteindre cet objectif, les partenaires ont travaillé en étroite collaboration avec les entreprises des zones d’activités grâce à l’organisation de tables rondes et de réunions de travail en continu.

Les résultats du projet ont été présentés au grand public lors d’une conférence internationale organisée en parallèle de la COP 21 à Paris le 3 Décembre à 2015.

Les expériences de ce projet devraient aider à trouver et à mettre en place une approche générale sur les zones d’activités et à développer de nouvelles solutions intégrées pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Une partie importante du projet était d’établir une approche coopérative dans les zones d’activités, ce qui signifie que différentes entreprises d’une même zone travaillent ensemble et partagent leurs différentes opportunités pour se procurer des équipements économes en énergie ou pour co-construire une stratégie commune. Le consortium a développé un concept pour les achats groupés (disponible à l’onglet « Download ») et chaque partenaire a organisé des ateliers afin de présenter les avantages et les opportunités de ces nouvelles approches.

Difficulté à mobiliser les entreprises pour une collaboration

Mais les résultats de goEco ont montré que développer des actions conjointes entre plusieurs entreprises situées dans la même zone d’activités est difficile à enclencher. Tous les partenaires – indépendamment du pays, de la situation économique et du type de zone d’activités – ont fait la même expérience sur cet aspect. La mise en commun ne fait pas partie de la philosophie des entreprises principalement à cause de trois facteurs :

  • La taille et la capacité de l’entreprise : de nombreuses entreprises des zones d’activités pilotes étaient soit de petites entreprises, de taille moyenne ou appartenant à de grands groupes. En particulier, les petites et moyennes entreprises ne disposent pas de la capacité (humaine et financière) pour régler les problèmes liés à l’énergie et cela d’autant plus que ces aspects ne font pas partie de leur cœur de métier.
  • La concurrence : la plupart des entreprises sont en concurrence directe ou ne connaissent pas leurs voisins. Par conséquent, la volonté de travailler ensemble est clairement limitée. Dans les négociations bilatérales, la concurrence et la méfiance ont empêché de créer les conditions d’une coopération approfondie.
  • La pertinence : pour la plupart des entreprises (en dehors du parc d’IPOS en Suède), les coûts liés à l’énergie ne dépassent pas de 2 – 5% du budget global de la structure. En conséquence, les coûts liés à l’énergie ne sont pas perçus comme une priorité. D’autre part, les décideurs recherchent avant tout des mesures avec un retour sur investissement très rapide (presque pas d’investissement)
    Conclusion

Par conséquent, les principaux résultats obtenus l’ont été en travaillant en étroite collaboration soit avec la direction centrale de la zone d’activités (qui trouve alors un intérêt fort à agir) soit avec des entreprises, mais de manière individuelle et sur une opportunité précise.